Articles avec #genealogie... tag

Publié le 4 Avril 2012

Suivant les registres consultés,

 Louis Bonjour et Marie Caillaud,

(arrière-grands-parents de Michou)

qui demeuraient à Méobecq,

auraient eu 6 enfants :

 

Marie Louise née le 22 juin 1881, mariée le 20 janvier 1900 à Jean Beaujean,

Marie Alexandrine Célestine née le 6 avril 1883, mariée le 2 octobre 1901 à Louis Joseph Camus,

Juliette Alexandrine, née le 7 juillet 1885 et mariée le 9 février 1907 au grand-père Arthur Joseph Laporte,

Marguerite Henriette née le 4 décembre 1887 et pour laquelle nous n'avons pas trouvé plus de renseignements,

Louise Mathilde, née le 17 avril 1889 et mariée le 14 avril 1914 à Pierre Henri Laperrière,

et Louis Alexandre née le 24 juillet 1891 et décédé à Verdun le 7 juin 1917 de blessures de guerre.

 

Mais les registres de Méobecq ne nous ont pas révélé plus de détails sur les arrière grands-parents;

Louis Bonjour aurait pu naître en 1852-1853 ou1854

et Marie Caillaud en 1856-1857 ou 1858.

Compte tenu qu'à cette époque, les gens ne voyageaient pas beaucoup,

nous devrions peut-être arriver,en consultant les registres des villages voisins,

à reconstituer la famille de chacun d'eux.

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par ghimi

Publié dans #Généalogie...

Repost0

Publié le 20 Novembre 2010

Ce patronyme plutôt courant était semble-t-il attribué aux personnes habitant

 près de la porte d' une ville fortifiée. 

  D' après 123Généalogie, "il est classé au 367 ème rang des noms de famille en France"

 et est assez répandu dans le Cher.

En ce qui nous concerne, la famille de pépé Louis était berrichonne puisqu' installée dans l' Indre

 

PEPE LOUIS

 

et c' est d' ailleurs à Châteauroux qu'il est né le 12 mai 1919. 

Ses parents, Arthur Joseph Laporte et Juliette Alexandrine Bonjour,

avait eu trois autres enfants,

 

oncle Jean

 

Arthur Maurice (dit Jean) né le 17 septembre 1907 et décédé à 59 ans,

 

 Rachelle

 

Rachel née à Méobecq le 31 mars 1911 et décédée en 1997,

 

Oncle Jacques

 

 et Jacques né à Châteauroux le 25 juillet 1923.

 

De son mariage avec Mémé Jeanne,

 

Paris

 

sont nés 4 enfants,

 

10 JUILLET 1955

 

Françoise, née le 10 mars 1945,

Jean-Louis né le 28 juin 1946 et décédé en février 2004,

moi-même né le 13 janvier 1948,

et  Bernard né le 9 janvier 1949 et décédé le 14 juillet 2005.

Décédés bien trop tôt tous les deux,

pépé Louis en octobre 1984 et mémé Jeanne en juin 1991,

ils n' ont guère pu profiter de

Nathalie, Corinne, Vincent, Isabelle, Thierry,  Loïc, Céline, Sophie, Delphine, Sébastien et Denis,

 leurs 11 petits-enfants.

Gageons que Théo et Mael poursuivrons, par le nom, la branche Louis Laporte.

Voir les commentaires

Rédigé par ghimi

Publié dans #Généalogie...

Repost0

Publié le 21 Septembre 2010

... mais le nom de jeune fille de ma grand-mère maternelle.

Memee Fernande

Mariée à mon grand-père Camille Grangier,

DSC00004

elle était née à Ennordres le 9 mai 1909 et est décédée le 17 mars 1990 à Vierzon.

Ses parents,

Firmin, Alexandre Pigny né en 1872 à Méry-es- Bois et décédé en 1951 à Ennordres

et Jeanne Albertine Mercier née en 1883 et décédée en 1965 à Ennordres,

mariage.5

s' étaient mariés en 1905 et avaient eu 3 autres enfants :

mariage.5-copie-1

Albert né en 1908,    

mariage2

Marcel né en 1911

mariage2-copie-1

et Robert né en 1920.

Mariés, ils ont tous quitté ce monde, seule Madeleine l' épouse de Marcel affiche 93 ans.

8 petites-filles, 3 petits-fils mais aucun arrière petit-fils portant le nom de Pigny,

 la branche de mon arrière grand-père Firmin ne peut faire perdurer le nom de famille.

Quant à ce  patronyme, "il désigne celui qui est originaire d' une localité appelée Pigny. La commune du Cher est mentionnée en 1216 sous la forme Pegniacum. (Signification : le domaine de Pinius, nom d' homme latin)".



Voir les commentaires

Rédigé par ghimi

Publié dans #Généalogie...

Repost0

Publié le 9 Août 2010

... non, Camille,

DSC00004

mon grand-père maternel né en 1902 à Sainte-Montaine.

Handicapé encore jeune à la suite de la poliomyélite, (pas de vaccins en ce temps là...)

il travaillait aux Eaux et Forêts et habitait avec ma grand-mère, Fernande,

annick

au milieu des bois.


Grandmont 1948

Il est mort bien trop tôt, il n' avait que 70 ans.

Souvenirs d' espace, de silence,

promenade dans l' immense jardin, marche dans les allées forestières,

les vacances de mon enfance ...

Deuxième enfant d' une fraterie de trois, sa famille était recomposée.

En effet, son père, Augustin, marié une première fois, était veuf avec 3 enfants, sa femme étant décédée à 30 ans en 1898. Quant à sa mère, Louise, son premier mari avait disparu (à la guerre?) la laissant seule avec 3 jeunes enfants.

Famille nombreuse que cette famille de 9 enfants dont certains décédèrent jeunes comme sa sœur Marie-Reine morte en accouchant à 16 ans ...

Les temps ont bien changé, les mœurs aussi ... et le temps des familles nombreuses est révolu depuis longtemps.

Mais que dire sur l' origine du nom Grangier?

Grangier (ou Granger) désignait soit celui qui possédait une grange (au sens de petite ferme),

soit celui qui engrangeait les récoltes. (Nom de famille surtout porté dans le Forez et la Savoie)

("Grange du latin populaire granica, dérivé de granum, désigne l' endroit où l' on conserve les grains. Mais par extension, il s' applique à une ferme, à un petit domaine (souvent fortifié et dirigé par des religieux.")


Voir les commentaires

Rédigé par ghimi

Publié dans #Généalogie...

Repost0

Publié le 20 Mai 2010

...Guéganno.

"Le nom Guéganno, tout comme Guégano, Guéganou, Guéganic, Guégannic, serait un diminutif des noms Guegan ou Guégan, fréquents dans le Morbihan, et serait un ancien nom de baptême breton formé sur le vieux breton uuic (= combat) . Quant à la finale -an, il s'agirait soit d' un diminutif soit d' une variante de -ant que l' on retrouve dans Guegant ( = combattant valeureux ?). De toute façon, à quelques nuances près, ce nom désigne au départ un combattant."    ( Geneanet) 

 Mais qui de ma famille portait ce nom breton ?

Ma grand-mère paternelle, Jeanne Plunian née Guéganno,

en photo(s) ici avec mon grand-père Jean Plunian,

et mon père, leur fils unique.

                     1935 St Etienne du Rouvray Gds parents Plunian  Mai 1935 St Etienne du Rouvray 

Photos de 1935

Au XIX ème (même au début du XXème) les familles étaient nombreuses et ne quittaient guère leur région, aussi ce nom reste-t-il surtout répandu en Bretagne.

Ma grand-mère avait trois sœurs et deux frères :

Anna dont je me souviens vaguement qui habitait Saint-Nazaire,

Tante Anna

(ma grand-mère était déjà bien petite, alors quelle taille avait la tante Anna!)

Antoine que je n' ai pas connu (décédé en 1924),

dont je n' ai pas de photo, mon père n' ayant eu son appareil photo qu'en 1935 pour sa communion,

Marie chez qui j' allais régulièrement pendant mes vacances bretonnes puisqu'elle habitait à deux pas de chez ma grand-mère,

Tante Marie.4

Léon que je voyais une fois par an,

Mariage oncle Léon1.1

et Lucie qui travaillait comme réceptionniste dans un hôtel parisien que j' avais la chance de voir plus souvent dans la capitale où mes parents se rendaient assez régulièrement.

Tante Lucie Guéganno

Que de souvenirs, avec aussi les cousins cousines de mon père, peu nombreux, 

les familles n' ayant plus que un ou deux enfants...

Enfant, je me perdais un peu dans les frateries et dans les conversations le plus souvent en breton,

et était toujours très étonnée d' entendre ses personnes si proches se vouvoyer.

Autre région , autres coutumes ... qui m'ouvraient sur un autre monde que celui de la Sologne!


 

 





Voir les commentaires

Rédigé par ghimi

Publié dans #Généalogie...

Repost0

Publié le 31 Janvier 2010

Quel drôle de nom?
D'où vient-il?
Quelques recherches dans de vieux documents permettent d' avoir quelques éléments.
 

« On le rencontre dans la région d’Auray, dans un seul lieu-dit, un village de sept feux, 33 habitants, situé à 2 km au nord-est de Brandivy.

Ce village est le berceau d’une famille de petite noblesse mentionnée aux XVème et XVIème siècles.

Il a évolué de PULUNYAN à PULNIAN puis PLUNIAN.

En 1427 Olivier PULUNYAN et Geoffroy PULUNYAN,

en 1464 Eon de PULUNYAN,

en 1477 Ollivier de PULUNYAN,

en 1513 Jehan de PULUNYAN, sieur de Kermeno où il a pour métayer Jehan QUELO,

en 1536 Guillaume PULUNYAN, toujours à Kermeno, aujourd’hui Kerveno en Brandivy.

Le nom disparaît ensuite pour se retrouver en 1661 au Clud en Plumergat appartenant à Christophe de PULUNIAN. Il semble bien que le patronyme actuel indique des familles dont l’origine remonte au lieu-dit, peut-être à la dite famille qui a du perdre ses titres de noblesse, comme beaucoup d’autres, en faisant acte de commerce pour mieux vivre, car la petite noblesse était désargentée au possible.

Quant au sens du vocable, on reste perplexe.

La forme originelle fait suppose un « poul », soit une mare, une pièce d’eau. Ensuite on ne sait quel sens donné à « unian », qui ne correspond à rien de présentement connu dans le vocabulaire.

J’incline, quant à moi, à y voir un pluriel, comme dans Melinerion Labourerion, où le ion se prononce souvent « ian ».

Dans ce cas nous pourrions envisager un pluriel de POULLIN soit POULINIAN, mares ou fosses à rouir le lin."

 (Informations recueillies auprès de Jh. Jaffré à Auray en 1970 par Roland PLUNIAN.)

Quelques photos des derniers PLUNIAN de ma lignée retrouvées dans des archives,( avant de reprendre mon travail de recherche en généalogie...).

Toulon août 1942

Roland Plunian, mon père, à Toulon en 1942.

1937 Chantepie

Jean et Jeanne Plunian, mes grands-parents, en 1937.

Grand Mère Plunian

Et Jeanne Plunian née Jaffré, mon arrière grand-mère en costume probablement du pays de Lorient.



 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par ghimi

Publié dans #Généalogie...

Repost0